BERGES SAINES

OPÉRATION BERGES SAINES
       

         LES WEEK-ENDS
       DU 2, 9 & 16 juin 2018 



L'opération « Berges Saines »
aura, cette année, une ampleur particulière



L'opération « Berges Saines 2018 » se déroulera, au choix de chaque commune, lors des week-ends du 2, du 9 ou du 16 juin. Il est donc grand temps de nous y préparer.


Si nous avons décidé, cette année, d'étaler l'opération sur trois week-ends, c'est à la demande de très nombreuses communes qui ont des calendriers particulièrement chargés et qui tiennent absolument à pouvoir mobiliser le plus de bénévoles possibles pour remettre en état leurs berges.
En effet, les berges de très nombreuses communes sont dans un état bien pire que jamais. Cette année, il ne va pas falloir seulement, comme d'habitude, ramasser, trier et évacuer tous les déchets qu'y ont abandonnés ceux qui nous appelons « les inconscients », voire « les malotrus ». Cette année, il y a eu bien pire que le manque de savoir-vivre de certains.


Les inondations du début de 2018 (comme l'avaient déjà fait les inondations de 2016) ont souvent saccagé nos berges. La crue a abandonné tout au long de nos rives des tonnes et des tonnes de déchets de toutes sortes, allant des troncs d'arbre aux bouteilles de plastique, en passant par « tout et n'importe quoi ». Nos rives ont semblé servir de dépotoir à toutes nos régions et c'est souvent un terrible spectacle de désolation qu'ont offert nos berges, même celles les plus chères à nos peintres impressionnistes.


Certaines de nos berges sont aujourd'hui encore -à la veille des beaux jours- impraticables et donc interdites aux promeneurs, aux amoureux et aux pêcheurs à la ligne. Certes, bien souvent les services publics ont fait, avec beaucoup de bonne volonté, « le plus gros ». Mais il reste, évidemment, beaucoup à faire et c'est, bien sûr, « à la main » que les volontaires devront parachever ce travail gigantesque.


Cette grande mobilisation doit aussi symboliser aux yeux de l'opinion publique la volonté des riverains d'effacer au plus tôt les images de désolation qui se sont gravées dans la mémoire collective pendant et au lendemain de la crue. Non, les riverains qui se sentaient des privilégiés grâce à leur fleuve ou leurs affluents ne se sont pas résignés à n'être plus que des victimes des éléments. Ils veulent redonner à leurs rives toute leur beauté et ils le prouveront au cours de ces week-ends de mobilisation.


Comme à son habitude mais sans doute plus encore que jamais, « La Seine en Partage et ses Affluents » est aux côtés de chaque commune riveraine pour affronter et relever ce nouveau défi.



INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT
POUR POUVOIR PARTICIPER

A « BERGES SAINES 2018 »

 


Pour consulter le dossier cliquez sur le lien ci-dessous

Bulletin d'inscription cliques sur le lien ci-dessou

Si vous rencontrez en problème, envoyez nous un courriel


la seine en partage



Connaissez-vous "le plogging" ? 

   Connaissez-vous le « plogging » ? Vous devriez car c’est la toute dernière mode. Il parait que, dans « les beaux quartiers », on ne parle plus que de cela. En tous les cas, aux Etats-Unis -toujours en avance pour inventer ce qui doit se faire et l’imposer à la planète entière- « le plogging » serait déjà entré dans les mœurs.


   D’ailleurs, le journal « Le Monde », réputé pour être très sérieux, vient de publier un supplément spécial consacré à ce « nouveau phénomène de société » qui s’apprêterait à submerger la planète. Et le titre du Monde, un peu mystérieux, s’étale sur toute la page : « La poubelle pour aller jogger ».


  Heureusement, le sous-titre précise : « Courir en ramassant les déchets, le plogging, est la dernière tendance écocitoyenne qui permet de se muscler tout en oeuvrant pour la planète ». Et d’ajouter : « Il y a du boulot… ».


  « La Seine en Partage » est, bien sûr, particulièrement mal placée pour ironiser sur cette nouvelle lubie des bobos de Central Park puisque ces faiseurs de mode n’ont jamais que repris une idée qui nous est particulièrement chère et depuis longtemps déjà : celle de demander aux citoyens « de base » (et surtout de bonne volonté) de ramasser les déchets que d’autres, goujats et malotrus patentés, ont abandonnés n’importe où et de préférence dans des endroits charmants de promenade, au mépris de tout respect de la collectivité, de la nature et même de la planète.


   Depuis des années, nous nommons cet appel à la prise de conscience générale et à la mobilisation de tous « l’opération Berges Saines ». Et chaque année, des milliers de bénévoles, riverains de la Seine ou de ses affluents, voire simples amoureux des cours d’eau ou des chefs d’oeuvre de nos impressionnistes répondent « présents » à notre ordre de mobilisation générale, prennent leur courage à deux mains, relèvent leurs manches, mettent des gants, chaussent des bottes et descendent sur les berges de leur commune pour ramasser, trier et évacuer toutes les ordures qui souillent les rives, polluent l’eau et défigurent le paysage.
 

  Nous aurions sans doute dû trouver un nom à consonnance anglo-saxonne et évoquer Wall Street ou Hollywood pour avoir droit à trois pleines pages dans un grand quotidien du soir. Mais, avec l’aide de nos amis les élus riverains, des directeurs de nos établissements scolaires, des responsables d’associations et de certains chefs d’entreprises riveraines elles-aussi, nous avons déjà réussi à lever une véritable armée de bénévoles fidèles d’année en année pour mener ce combat qui, rappelons-le tout de même, ne vise rien de moins que de participer (aussi modestement soit-il) au sauvetage d’une planète, la nôtre, de plus en plus menacée.
 

   « Le Monde » précise que « plogging » est la contraction de « plocka upp » qui signifie « ramasser » en… suédois et de « jogging ». Et le but du jeu -qui n’est pas seulement un jeu- est, bien sûr, de courir le long des berges, dans les forêts, à travers la campagne, voire même en ville et de ramasser sans perdre de temps et peut-être même sans s’arrêter tous les mégots, toutes les cannettes, tous les bouts de papier qui trainent et souillent honteusement la vue.


   Les « ploggeurs » américains étant ce qu’ils sont, le jeu ne s’arrête pas là. Il faut, en effet, se prendre alors en selfie et envoyer au monde entier son propre portrait brandissant ses trophées du jour. Marc Zuckerberg, le patron de Facebook, a d’ailleurs fait savoir qu’il pratiquait lui-même « le plogging ».


   On ne peut que le féliciter et l’inviter à être des nôtres pour la prochaine opération «Berges Saines» qui se déroulera, selon les communes, les week-ends du 2, du 9 ou du 16 juin.


  « Ploggeurs » du monde entier-et même ceux qui « ploggaient » sans le savoir- unissons-nous !