L'histoire de La Grande Paroisse commence au paléolithique, comme le prouve le site de Pincevent.


Il y a 14 000 ans

La Grande Paroisse était déjà connue bien avant son existence par nos ancêtres de la fin de l’ère paléolithique. En effet, les fouilles réalisées dans les années 1964 par le très célèbre Professeur à la Sorbonne et au Collège de France, Mr André LEROI-GOHAN, attestent la présence dès la Préhistoire, d’ancêtres Magdaléniens, chasseurs de rennes, venus poser leur campement il y a environ 14000 ans sur notre site de Pincevent, mondialement connu de tous les chercheurs et passionnés d’archéologie préhistorique.

Vers l’an 545

Dès la première dynastie des rois francs, cette commune fut la villa favorite des leudes mérovingiens et prit le nom de Villam Cellas, puis devint tout simplement Cellae, puis Altare de Cellisel, l’honneur de Saint-Germain. Le village s'appelle alors Celles ou Cellette, terme issu du latin « Cella » qui signifiait ermitage ou petit monastère, par suite de groupements d’ermites de l’époque Carolingienne. Childebert Ier, fils de CLOVIS fréquente régulièrement le hameau de Tavers. Il offrira d’ailleurs en l’an 531 notre belle et célèbre église St Germain, appréciée pour sa construction romane et sa sobriété, à l’Evêque du même nom à la suite d’une grave maladie dont celui-ci l’aurait guéri par ses prières.

Le VIIe siècle

C'est le siècle de l'implantation de nombreux monastères dans notre région. Ce fut une ère de prospérité qui marqua la renaissance carolingienne : un sarcophage en pierre, monument historique, et déposé dans l’église de La Grande Paroisse est un de ces précieux témoignages que l’art monastique sut atteindre aux âges dits « barbares ».

Vers le XIIe siècle

Par la suite, avec les invasions normandes, nos bords de Seine seront rudement éprouvés. Une Renaissance cependant pour notre village dès le XIIe siècle lorsque le célèbre Ordre Hospitalier des Chevaliers de Saint-Jean, Prieurs de Malte et prêtres soldats, décident d’installer pour les Croisés de retour de Palestine atteints de la lèpre, la Maladrerie de Champigny, Champigny-l'Hôpitaux, ainsi l’appelait-on. Le village est alors nommé Rubrette, la Grande Paroisse, regroupé principalement autour de l'église et doté de nombreux moulins et fermes comme celles de Chauchien, de Champigny ou de Froide-Fontaine.

Louis XV

Sur notre territoire a eu lieu également la première rencontre entre Louis XV et Marie LECKZINSKA, princesse polonaise, fille du roi STANISLAS et future reine de France, le 4 septembre 1725. Une colonne de marbre rouge toujours présente est élevée à cet endroit précis pour commémorer l'événement. François Pierre MAUDUYT fut le premier maire de la commune de La Grande Paroisse. Député à la Convention nationale, il vota « pour la mort » de LOUIS XVI.

Sous Napoléon 1er

Même notre cimetière accueille la sépulture de Claudie Elie Montain HOREAU, qui n’est autre que le médecin particulier de l'impératrice Joséphine et de l'Empereur NAPOLEON 1er.

1912, la bande à Bonnot

La vallée des sept moulins a été longtemps la séparation entre la France et la Champagne. C'est là que se réfugia aussi pendant plusieurs jours, après le coup qu'il dirigea en 1912 sur une banque parisienne et avant d'aller se faire prématurément exécuter dans la banlieue de Paris, le chef de bande à Bonnot. (Au Moulin de l’église)

Les années 1960

Au fil des siècles, la vie mène peu à peu bon train dans le village car la vigne excelle sur les côteaux et chacun y vit de ses produits. Il se développe, évolue et passe d'une économie essentiellement agricole et viticole à l'agriculture intensive ainsi qu’à l'industrie. Nous sommes bien sûr une terre agricole. Dans les années 1960, l'Union Nationale de Coopératives agricoles de céréales inaugure le plus grand silo d'Europe et EDF termine la centrale la plus puissante de France, entraînant l'arrivée d'une nouvelle population.